*** Le petit train de souliers ***

Parfois me revient en souvenir, mi sourire, mi nostalgie, la vision du petit « train  » que les souliers faisaient le soir dans la cuisine, alignés à la queue leu- leu, après cirage ou décrottage.

En tête, la locomotive, ceux de Léon, suivie du tender…les miens, puis la suite des wagons: bottines des garçons, chaussures des filles, bottillons du ou de la plus jeune, tous par ordre de taille, d’âge.

Fatiguée, je l’étais, mais avec un brin de fierté, après de longues journées plus que remplies, souvent précédées ou suivies de nuits perturbées de pleurs à consoler, de tétées à donner…des journées aux tâches à faire, refaire, de gestes, sans cesse à recommencer, ce qui me fit écrire un jour:  » jours après jours refaire les mêmes gestes d’amour… » n’est-ce pas cela aimer ?

Oui, de cela, je conserve, au fond des yeux, au fond du cœur, l’image de ce petit train, petite note de fierté, de joie.

Lucie Colmant,
Source « Angelfire ».